Service de sécurité intérieure

1. Direction de la coopération internationale (DCI)

Une direction commune police – Gendarmerie et protection civile à la tête d’un réseau unique

La coopération technique : des standards communs pour une efficacité accrue

La coopération opérationnelle : pour une sécurité mutuelle renforcée

La coopération institutionnelle : Une mobilisation de tous autour des actions multilatérales

Le partenariat : soutien aux entreprises nationales

JPEG

Une direction commune police – Gendarmerie et protection civile à la tête d’un réseau unique

La direction de la coopération internationale (DCI) a été créée le 1er septembre 2010. Héritière du service de coopération technique internationale de police (SCTIP créé en 1961) et de la sous-direction de la coopération internationale de la gendarmerie (SDCI créé en 1985), la DCI est la première direction commune à la police et à la gendarmerie nationales.

Sous l’autorité des directeurs généraux de la police et de la gendarmerie nationales, la DCI participe à la mise en œuvre de la stratégie internationale du ministère de l’Intérieur ; elle anime et coordonne les coopérations techniques, opérationnelles et institutionnelles des services de sécurité intérieure (SSI).

Avec la DCI, le ministère de l’Intérieur dispose aujourd’hui du premier réseau mondial de coopération policière internationale mis en place par un Etat. Ce dispositif couvre au total 156 pays à partir de 90 implantations à l’étranger. Pour assurer ses missions, la DCI s’appuie sur :
- un échelon central à Nanterre – Paris – La Défense, réunissant 230 policiers, gendarmes et personnels administratifs, qui garantit, 24 heures sur 24, la veille opérationnelle et la coordination du réseau.
- Les SSI implantés à l’étranger constituant le réseau qui regroupent 260 policiers ou gendarmes, sous l’autorité des attachés de sécurité intérieure (ASI).

Par ailleurs, la DCI est l’interlocuteur du ministère des Affaires étrangères et européennes pour l’emploi et le déploiement des 430 policiers et gendarmes affectés à la sécurité diplomatique.

La coopération technique : des standards communs pour une efficacité accrue

A la demande des pays partenaires, la DCI met en œuvre des actions de coopération technique : elles permettent de partager le savoir-faire de la police, de la gendarmerie et de la sécurité civile française avec les services homologues des pays étrangers (stages, formations, missions d’experts, visites de délégations étrangères, séminaires…).

Ces actions visent au renforcement des capacités de sécurité des pays partenaires et au développement d’approches partagées entre les forces de police. Elles contribuent ainsi à l »efficacité de la lutte contre les menaces criminelles et à la sécurité internationale. Elles permettent de mettre en place des pratiques policières mieux encadrées sur le plan juridique, contribuant au renforcement de l’Etat de droit.

L’essentiel de la coopération technique s’opère aussi bien en France que sur site à l’étranger en coproduction avec tous les services de la police et de la gendarmerie nationales.

La coopération opérationnelle : pour une sécurité mutuelle renforcée

L’une des missions essentielles des ASI est de lutter, en amont, contre toutes les formes de la criminalité internationale. Cette forme de coopération permet la détection précoce des risques et menaces. Elle facilite aussi l’échange de renseignements à caractère judicaire. Elle accompagne les enquêteurs dans l’exécution de commissions rogatoires internationales.

Une plate-forme H24 assure en permanence l’échange d’informations entre les services de police et de gendarmerie français et étrangers par l’intermédiaire des SSI.

Les ASI contribuent également, en liaison avec les consulats, à la sécurité des membres de la communauté française (expatriée ou de passage).

La coopération institutionnelle : Une mobilisation de tous autour des actions multilatérales

La DCI anime la coopération institutionnelle et détermine la position commune de la police et de gendarmerie auprès des enceintes internationales et européennes, en s’appuyant sur toutes les expertises pertinentes. Elle soutient cette position directement ou via les porte-parole indentifiés par ailleurs. Elle prépare les rencontres de haut niveau impliquant directement les directeurs généraux. Elle assure le suivi global des négociations et l’identification des grands enjeux de sécurité intérieure.

La DCI développe des actions de prévention et de gestion des crises extérieures ; à ce titre, elle propose le déploiement coordonné des effectifs de la police et de la gendarmerie nationales détachés hors unités constituées dans les missions de la police civile.

La DCI assure par ailleurs le suivi de l’activité des organisations internationales (INTERPOL, EUROPOL, ONU, OSCE) et anime les réseaux CEPOL (collège européen de police), le groupe Fontanot (pour l’Afrique de l’Ouest), FRANCOPOL (réseau francophone de coopération en formation policière), RESOPOLIS (réseau des attachés policiers étrangers en poste en France). Elle mobilise des financements européens et multilatéraux pour la mise en œuvre de certaines actions de coopération.

Dans le domaine de la prévention et de la gestion des crises extérieures, elle participe à l’élaboration de la stratégie internationale du ministère ; elle contribue à l’anticipation des risques et à la conception des actions menées au profit de la sécurité intérieure, ainsi qu’à leur évaluation.

Le partenariat : soutien aux entreprises nationales

Dans la mesure de ses moyens et dans le respect des règles de la concurrence, la DCI apporte son concours à la promotion des technologies françaises dans le domaine des équipements de sécurité. Elle facilite les contacts des entreprises concernées avec les partenaires locaux et apporte son expertise dans la gestion comme dans la prévention des situations de crise individuelle ou globale. Elle participe à l’organisation du salon Milipol.

2. Le service de sécurité intérieure en Azerbaïdjan

L’attaché de sécurité intérieure compétent pour l’Azerbaïdjan :

Commandant.

L’attaché de sécurité intérieure est en résidence à Tbilissi. (Géorgie)

Coordonnées :

- Adresse : 49 rue Krtsanissi 0114 Tbilissi

- Tél. chef de délégation : 00.995.32.2.72.14.90

- Tél. portable : 00.995.599.24.44.63

- Tél. secrétariat : 00.995.32.2.72.14.90

- Fax : 00.995.32.2.72.13.88

- Heures d’ouvertures : 09h-13h et 14h-18h tous les jours sauf le vendredi fin de service à 16h30

- Décalage horaire avec la France : 2h été, 3h hiver

Composition :

-Un attaché de sécurité intérieure

-Une secrétaire et un chauffeur (personnels de recrutement local)

Ouverte le 9 septembre 2002, cette délégation a une compétence régionale sur les trois républiques du Sud- Caucase. Son action est fondée sur la base d’un accord de coopération en matière de sécurité en cours de signature pour la Géorgie et Azerbaïdjan, et pour l’Arménie signé depuis 1995.

Le service de sécurité intérieure (SSI) de la Direction de la Coopération Internationale (DCI), a été ouvert à Tbilissi, en septembre 2002. Il est dirigé par un attaché de sécurité intérieure (ASI), ayant compétence sur l’Azerbaïdjan et l’Arménie, assisté d’une secrétaire interprète et d’un chauffeur.

publié le 11/02/2015

haut de la page