Nuits des Idées à Bakou : la planète est-elle un être vivant ? [az]

Le 30 janvier, l’Ambassade de France et l’Institut français en Azerbaïdjan ont organisé, en partenariat avec l’Académie nationale des Sciences d’Azerbaïdjan et l’UFAZ (Université franco-azerbaïdjanaise), l’édition 2020 de la « Nuit des Idées » (initiative commune du réseau culturel français à l’étranger). Le thème retenu cette année était : « Être vivant ». Il a été abordé à Bakou à partir de la question suivante : « La planète est-elle un être vivant ? ».

Cette soirée, organisée concomitamment avec quelques 200 autres « Nuit des Idées » organisées par le réseau culturel français à l’étranger le même jour, a donné lieu à un débat interactif ayant pour point de départ la question du réchauffement climatique et de ses effets sur la planète.

Cette manifestation a été ouverte par M. Dominique Gentils, Premier conseiller de l’Ambassade de France, Chargé d’affaires, et M. Ilham Mammadzada, Directeur de l’Institut de Philosophie de l’Académie Nationale des Sciences d’Azerbaïdjan (ANAS).

Les discussions ont été articulées autour des présentations de trois panélistes :

- M. Jean François Crétaux, Chercheur au CNES (Centre national d’études spatiales) et Directeur-adjoint du LEGOS (Laboratoire d’études de Géophysique et Océanographie spatiales) de Toulouse : « des technologies spatiales modernes pour comprendre les effets du changement climatique sur l’être-vivant planétaire ».

-  M. Ramiz Mammadov, Directeur de l’Institut de géographie de l’ANAS : « La mer Caspienne : un attribut géographique unique et une « relique » de la planète »

-  M. Zaur Rashidov, Chercheur à l’Institut de philosophie de l’ANAS : « approche ésotérique de l’Univers dans la tradition soufiste du Tasawwuf ».

Les discussions ont donné lieu à des échanges nourris avec une audience nombreuse (environ 200 personnes) rassemblée dans le grand amphithéâtre de l’UFAZ.

Elles ont porté sur de nombreux sujets : la portée et l’ampleur du réchauffement climatique, ses effets sur les milieux hydrauliques (mers, fleuves, lacs, etc.) et en particulier sur la Mer Caspienne - l’approche philosophique et religieuse de la relation de l’homme au monde, à l’Univers, à la nature - l’opportunité d’encourager des comportements sociétaux écologiquement responsables, etc.

La soirée a bénéficié du mécénat de la compagnie Tovuz-Baltiya.

publié le 03/03/2020

haut de la page