COVID-19 : Nous vaincrons ensemble [az]

Chers compatriotes, chers amis azerbaïdjanais,

La France et l’Azerbaïdjan sont confrontés à une épreuve particulièrement difficile, comme l’ensemble de la planète. La pandémie de coronavirus a fait des milliers de morts - en Chine, en Italie, en Espagne, en France mais aussi aux Etats-Unis, en Iran et sur tous les continents. Les prochaines semaines seront difficiles car nous n’avons pas encore atteint le pic de l’épidémie. Les conséquences sont également économiques et affectent tout le monde.

Mais nos gouvernements ont pris des mesures fortes qu’il faut continuer à appliquer. Ce n’est pas maintenant le temps de la critique mais celui de l’action, pour sauver des vies - celles des personnes âgées en particulier. Nous devons assumer nos responsabilités, collectivement et individuellement, à commencer par le respect des mesures sanitaires et hygiéniques, qui sont simples mais efficaces : se laver les mains très régulièrement, sortir le moins possible, se mettre en quarantaine en cas de symptômes compatibles avec le Covid-19, etc.

Cette épidémie soulève beaucoup de questions : sur l’importance de l’expertise scientifique et médicale dans nos sociétés ; sur la relation des citoyens à leur gouvernement en temps de crise ; sur notre capacité individuelle et collective à accepter l’imprévu et les contraintes ; sur notre capacité à être solidaires au sein de nos communautés nationales et entre les Nations ; sur la qualité de l’information qui nous abreuve ; sur notre impatience collective ; sur notre force morale ; sur nos priorités de vie.

Il faudra se poser toutes questions. Il faudra chercher à y répondre. Après toute crise, il faut toujours effectuer un « retour d’expérience », pour savoir comment mieux se préparer à la prochaine crise, comment mieux anticiper les risques.

Les Français qui étaient ici en voyage, notamment les touristes, sont naturellement rentrés chez eux, certains avec l’aide de l’ambassade de France et des autorités locales, que je remercie.

Mais les Français résidents en Azerbaïdjan ont massivement choisi de rester ici. Ce choix de rester, malgré les difficultés, montre l’attachement de la communauté française de Bakou à ce pays et à sa réussite. C’est aussi la preuve de leur confiance dans les mesures qui ont été prises dans le pays. Pour sa part, l’ambassade de France en Azerbaïdjan s’adapte au nouveau contexte mais demeure ouverte et opérationnelle.

C’est donc au moment de cette crise sanitaire et économique mondiale que je tiens à réaffirmer que la France, l’Europe et l’Azerbaïdjan disposent d’un partenariat naturel, fort et pérenne. Et c’est ensemble que, Français, Azerbaïdjanais, Européens, nous surmonterons cette épreuve.

Zacharie Gross

JPEG

publié le 26/03/2020

haut de la page