Attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray - Déclaration de M. François Hollande, président de la République

Saint-Etienne-du-Rouvray – Mardi 26 juillet 2016

Je suis venu avec le ministre de l’Intérieur exprimer la solidarité de toute la Nation à l’égard de la commune de Saint-Etienne-du-Rouvray -je suis à côté de son maire- qui a été terriblement éprouvée par le lâche assassinat du prêtre de la paroisse par deux terroristes se réclamant de Daech. J’ai rencontré la famille du prêtre, j’ai également voulu parler avec les personnes qui avaient été retenues en otage, qui ont exprimé la douleur, le chagrin et aussi la volonté de comprendre ce qui peut se produire.

Nous avons voulu à travers ce déplacement exprimer aussi notre soutien aux forces de sécurité, aux policiers qui sont intervenus dans un délai extrêmement rapide, pour éviter encore un bilan beaucoup plus lourd et qui ont sauvé les personnes prises en otage.

Je voudrais également saluer les services de secours, les sapeurs pompiers, le personnel du SAMU qui, en intervenant là-encore très rapidement, ont pu évacuer le blessé plus grave et un blessé léger et permettre que leur vie puisse être -je l’espère- sauvée.

Nous sommes face à une épreuve, une de plus, parce que la menace est très élevée. Elle reste très élevée après tout ce que nous avons vécu ces derniers jours et même ces dernières années. Nous sommes face à un groupe, Daech, qui nous a déclaré la guerre. Nous devons mener cette guerre par tous les moyens, dans le respect du droit, ce qui fait que nous sommes une démocratie.

Ce que veulent faire ces terroristes, c’est nous diviser. Aujourd’hui, après la mort de ce prêtre, j’ai pour tous les catholiques de France une pensée. Je veux leur exprimer un soutien.

Ce soir, je recevrai l’Evêque de Normandie qui fera en sorte de parler à la population. Demain je recevrai tous les cultes parce que nous devons être ensemble. Ce sont les catholiques qui ont été frappés, tous les catholiques, mais ce sont tous les Français qui se sentent concernés. C’est pourquoi nous devons être dans une cohésion, dans un ensemble, dans un bloc, que personne ne doit pouvoir fissurer.

Le parquet antiterroriste a été chargé de suivre cette enquête. Il donnera toutes les informations. Le procureur pourra délivrer ce qu’il sait, mais aujourd’hui nous devons prendre conscience, s’il en était besoin, que les terroristes ne renonceront à rien tant que nous ne les arrêterons pas. C’est notre volonté, c’est ce que nous faisons inlassablement. C’est tout ce que nous avons pu mettre en œuvre en termes de loi, en termes de moyens, encore récemment à travers le déploiement des forces. Les Français doivent savoir qu’ils sont menacés, qu’ils ne sont pas le seul pays –l’Allemagne l’est aussi, d’autres encore– mais que leur force tient à leur cohésion. Merci.

publié le 09/08/2016

haut de la page